Le connard

giphy

Universel, le connard est partout. Pas de jaloux, tout le monde y a droit. Le connard ne discrimine pas, il pourrit tout le monde. Aucune victime précise. Jeunes, moins jeunes, tous y prennent pour leur grade. Même les handicapés (surtout les roux). Faux pacifiste, il frappe mais ça ne se voit pas.

Le connard est polyvalent. De jour comme de nuit, il effectue son travail. Que dis-je? Plus qu’un travail, c’est une mission, un accomplissement personnel, c’est sa destiné!

Le connard est partout: au bureau, à la fac, dans les lieux publics etc. Le connard peut être ton voisin, ton collègue, ton mari, ton fils, bref, n’importe qui. Même celui/celle qui écrit cet article. (Oui mais non, je suis gentille,moi.)

Le connard est égoïste. Il ne pense qu’à lui. A ses yeux, vous n’êtes rien sauf si vous avez quelque chose qu’il convoite ou s’il peut retirer de vous quelques bénéfices.  Les sentiments ont été déprogrammés du fonctionnement interne de celui-ci au profit de vices divers et variés.

Le connard est attractif. La complexité de son esprit attire comme un aimant. Il est à la fois attirant et écœurant (quand on se rend compte de la pourriture qu’il est).

Le connard est vicieux, il tape là où ça fait mal. Il est finement brutal (oxymore… ou antithèse? Hum, il remonte le Bac Français…). Il frappera au moment où vous êtes au plus mal, histoire de vous enfoncer davantage. Il n’a aucune pitié. Il aime vous voir dans la galère. Vous êtes la maman de Bambi, il est le chasseur. Vous connaissez l’histoire.

Big up à tous ceux et à toutes celles qui ont fait ou font en sorte de me briser ou de briser mon entourage. Vous faites sacrément pitié et croyez moi, vous ne l’emporterez pas au Paradis. Mes majeurs vous saluent!

NB: Je n’attaque personne en particulier. Ce n’est pas non plus suite à un coup bas récent que je poste ceci. Quoi que. Es-tu tranquille avec ta conscience, lecteur?  Réfléchis bien… Ah, tu as peur, hein?!

Bisous Poutou

Ophélie

 

 

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Le connard

  1. Pingback: Retour sur une année bordélique | Oh, faits de quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s