Changement de cap (+ appel à l’aide à la fin)

 

18834959-illustration-du-cadre-permanent-dot-d-un-pirate-en-avant-d-une-carte-au-tr-sor-banque-dimages

Si vous suivez mon blog depuis un moment (plus d’un an car 2016 a été une année creuse pour le blog), vous savez que j’ai derrière moi une licence d’histoire de l’art. Et si vous avez suivi mes articles les plus récents, vous savez que je suis en Master 1 Patrimoine et Musées (quoi que, je ne sais pas si j’en ai parlé… et bien maintenant vous le savez!). Cependant, je ne me plais pas dans ma formation, enfin si un peu, mais je ne me vois pas boucler ce Master. Pourquoi ? Je vous explique tout de suite.

C’est pleine d’espoir que je suis entrée en L1 d’histoire de l’art, bien que, sortant d’un baccalauréat littéraire, je ne connaissais strictement rien à ce vaste monde. J’ai donc plongé dans l’inconnu en me disant que ça me plairait et que je pourrais comprendre les œuvres qui, jusqu’alors, m’étaient difficilement déchiffrables. Et ce fut le cas. Même si j’en ai chié pendant 3 ans avec les exposés, les dossiers et les nombreuses dissertations, j’ai obtenu ma licence avec mention. J’étais heureuse de réussir après tout le mal que je m’étais donnée.

Lorsqu’il fallut choisir mon orientation post BAC +3, je dois bien avouer que j’étais en panique. En licence, les professeurs nous cassaient les oreilles avec la recherche et donc nous incitaient à partir en Master Recherche (le truc qui te permet pas de t’insérer professionnellement et qui te pousse gentillement au Doctorat). Moi qui en avait tant chier en licence, je refusais de vivre ça 2 années supplémentaires. Mon choix s’est donc tourné vers le Master professionnel Patrimoine et Musées parcours Gestion des sites du Patrimoine, dans ma bien chère fac pourrie de Lille 3 (si vous connaissiez l’administration de cette fac, vous diriez pareil). Je n’avais clairement pas envie de bouger hors de la région « Hauts-de-France » (Nord-Pas-de-Calais, tu resteras à jamais dans mon cœur) car je suis du genre à déprimer sévère quand je suis loin de ma famille et de mon chéri.

J’ai donc postulé au sein de ce Master. j’ai été acceptée et j’ai découvert le Patrimoine avec un grand « P ». Il n’était, ici, plus question de peinture, de sculpture ou d’architecture mais du patrimoine en général, de son histoire, de son évolution, des méthodes de protection, des métiers en rapports etc.

J’ai appris lors de ce Master que pour travailler dans un musée je devais passer les concours de la fonction publique territoriale (je fais coucou à tous les fonctionnaires qui lieront cet article!). Enfin, ça je le savais déjà, je m’étais renseignée un minimum. Ce que je ne savais et ce qui m’a très vite fait redescendre de mon nuage, c’est le nombre de poste à pourvoir. Mon Master me forme à passer les concours de catégorie B et A dans le secteur culturel. Ouais, c’est bien beau tout ça, seulement, ces concours se déroulent tous les 3 ans. Donc concrètement, une fois que j’aurai mon Master 2 je devrais attendre 1 an pour passer le concours (sachant que le dernier concours était en 2016). Mais le mieux, c’est quand même le jour où un intervenant et venu nous raconter son expérience.

Le mec était en fin de vingtaine. Il nous a parlé de son cursus universitaire : Licence d’histoire, Master Patrimoine et Musées (comme moi) ET Master d’Egyptologie (normal). Le type est une tête, ça se voyait. Il a eu la chance de participer à l’organisation d’une exposition qui s’est déroulée à Lille il y a 3-4 ans maintenant car celle-ci portait sur un pharaon dont j’ai oublié le nom. Bref, ça a été l’expérience de sa vie ! Actuellement il est guide-conférencier dans la métropole lilloise. Je ne dis pas que ce métier est nul, loin de là. D’ailleurs, c’est un métier qui m’intéresse. Le problème, c’est qu’il s’agit d’un métier très précaire. On enchaîne les CDD, les horaires irréguliers et c’est difficile de se projeter de cette manière. Et puis, avec un tel niveau d’études on a le droit d’espérer autre chose comme emploi. Genre, attaché de conservation du patrimoine (fonctionnaire catégorie A), le métier que je voulais faire.

Oui, je voulais le faire. Pourquoi l’utilisation de l’imparfait ? Et bien parce que j’ai compris que ce serait impossible pour moi. Parce que le type dont je parlais plus haut, ce mec qui a eu un rôle important dans une exposition d’ampleur nationale, et bien son concours, il ne l’a PAS eu.

Le principe des concours de la FPT (fonction publique territoriale) c’est de passer un écrit puis, si on est dans les notes les plus hautes, d’être « admissible » c’est à dire sélectionné pour passer, cette fois-ci, un oral (en tout cas, c’est le cas pour les catégories A et B dans la filière culturelle de la FPT). Et comment vous dire qu’avec 3 postes environ par région tous les 3 ans aux concours, les examinateurs posent des questions très difficiles. Le type a eu des bonnes notes pourtant (entre 14 et 15 si je ne me trompe pas) mais ça n’a pas été suffisant et il a échoué.

Le soir de l’intervention du type, j’ai pleuré, beaucoup. J’ai vu mes rêves s’effondrer. Etait-ce ça le prix de la passion ? Devais-je me saigner ainsi et mettre ma vie entre parenthèse pour préparer un concours auquel j’allais échouer (je ne me dévalorise pas, je suis réaliste. On évalue les candidats sur leurs connaissances théoriques du patrimoine, du marché de l’art et de la culture en général ce qui implique de se tenir aux faits d’absolument tout ce qui se passe, 7 jours sur 7 MAIS AUSSI sur leur expérience professionnelle dans le domaine. Et moi qui serait à peine diplômée de Master, COMMENT j’atteste d’une expérience professionnelle sans concours ? Sérieusement?). J’étais totalement perdue. Moi qui pensait que ce Master m’empêcherait de foncer dans un mur, je me le prenais de plein fouet.

Même si j’ai peu confiance en moi, je ne suis habituellement pas du genre à lâcher l’affaire. Mais là, ce n’’était pas possible. Je ne pouvais pas continuer une formation qui ne me permettrait de rien faire d’autre après le diplôme. J’ai réfléchi une semaine à comment faire, quels autres types de métiers envisager avec ce métier. Mais l’offre était limitée. Travailler dans des galeries ou dans le commerce de l’art. Et encore, il fallait un complément de formation. Donc pas terrible. Et à force de cogiter, j’ai décidé de chercher une formation qui pourrait compléter intelligemment ma licence d’histoire de l’art (je n’allais pas tout recommencer avec un niveau BAC +4!). Et c’est par chance que j’ai découvert, dans la ville de mon copain (aspect non négligeable), un IUT qui proposait une licence pro Métiers du Tourisme et des Loisirs. Cette licence professionnelle complète initialement un profil de BTS Tourisme. Cependant, en discutant avec des professeurs de la formation qui m’intéresse, j’ai appris qu’ils recherchaient des profils plus originaux et que ma licence était tout à fait compatible avec leur formation. En apprenant ça, j’ai décidé de me lancer.

La licence professionnelle est assez générale et forme des futurs assistants et responsables dans le domaine du tourisme et des loisirs et même des responsables de structures hôtelières. Ce que j’ai surtout retenu c’est que je pouvais travailler en agence événementielle avec cette formation. Elle propose d’ailleurs un contrat de travail en alternance (ET JE VEUX TRAVAILLER, J’EN PEUX PLUS DES BANCS DE L’ECOLE). Mon but est de trouver un emploi en alternance dans le domaine de l’événementiel à partir de septembre puis à la fin de la formation de travailler dans la gestion de projets événementiels. Je me suis rendue compte, grâce à un projet mené en Master, que j’adorais penser des projets, démarcher des possibles partenaires etc (bien que le projet n’ait pas pu être réalisé faute de moyens). Je pense donc avoir trouvé « ma voie ».

Cependant, je ne connais rien au milieu de l’événementiel (et c’est là que j’en viens à mon appel à l’aide) : si vous travaillez dans le milieu ou que vous connaissez des gens qui y travaillent, serait-il possible de nous mettre en contact afin que je puisse éventuellement poser des questions ? Je ne demande pas l’embauche, juste quelques informations. Ça m’aiderait beaucoup car je ne veux pas avoir l’air d’une petite stagiaire lorsque je devrais démarcher des entreprises. Je veux connaître les attentes des recruteurs, les qualités qu’ils recherchent et surtout si mon bagage me permet d’accéder à ce milieu.

Cet article était long et pas très intéressant alors si vous avez tout lu jusqu’ici, bravo (et merci!). Je sais que ce n’est pas un sujet passionnant mais j’avais besoin d’écrire ça car c’est un tournant que je considère comme étant important dans ma vie.

Si vous aussi vous vous êtes réorientés ou que vous connaissez des personnes qui se sont réorientés assez tardivement, n’hésitez pas à partager ces expériences pour qu’on en discute.:)

Bisous

Ophélie

Publicités

7 réflexions sur “Changement de cap (+ appel à l’aide à la fin)

  1. Effectivement, c’est une sacrée aventure digne d’Indiana Jones ton parcours.
    Ne lâche rien surtout. Et tu as raison de ne pas te laisser déstabiliser par le système.
    Moi j’ai arrêté mes études après 1 année de fac de psycho, quand j’ai compris que les débouchés ne m’intéressaient pas. Et je suis devenue caissière. Pendant 8 ans. Et un jour j’ai décidé de me reprendre en main et je suis retournée à l’école pour obtenir un BTS en compta/gestion.
    Je regrette de ne pas avoir été + loin à l’époque. Mais je suis quand même fière de moi. J’ai eu mon BTS à 28 ans 🙂
    Bonne continuation !!

    J'aime

    • Tu as beaucoup de mérite d’avoir repris des études après une longue période de travail! Tu peux être très fière de toi 🙂
      Ton parcours m’aide beaucoup car il m’aide davantage à comprendre que je ne suis pas « bloquée »comme je peux parfois le penser. Il y a des possibilités, il faut juste être courageux et se donner les moyens!
      Encore merci pour ton message et bonne continuation à toi aussi! 😀

      J'aime

  2. Salut Ophélie,
    Je comprend ton inquiétude. De mon coté, je suis en master « conduite de projets culturels », j’ai choisi la spécialité métiers du livre mais il y a deux autres spécialités : arts du spectacle et tourisme. Je pense que c’est vers ce quoi tu vas te diriger avec ton IUT. Sauf que dans ton cas, tu pourras faire de l’alternance.
    Dans mon master, on aborde toutes les notions nécessaire à l’élaboration d’un projet culturel , peu importe le domaine dans lequel il s’inscrit. Il y a de l’éco-gestion, de la politique culturelle, du management culturel, beaucoup de notions de communication ( politique de comm, édition de doc de comm, gestion des réseaux sociaux, médiation numérique…) et aussi des matières de culture générale:
    littérature, cinéma, musique,etc. Sur l’évènementiel, nous travaillons sur des projets collectifs où nous sommes chargé d’aider des structures qui organisent des salons du livre. Par exemple, mon groupe travaille pour une association organisatrice d’un petit festival de BD et notre mission était de ramener plus de public, surtout des étudiants. On a donc repenser la communication pour cibler un public étudiant, on a fait un partenariat avec une association étudiante, réfléchi à des animations pouvant intéressé des jeunes, etc.
    C’est un petit peu le bordel, il faut le dire car les élèves ont tous des parcours différents et veulent se diriger vers des domaines divers. Mais le point positif c’est que c’est une formation globale, du coup on est formé pour être polyvalent. Personnellement, j’aimerai travailler dans un musée ou un centre d’art mais je pourrais aussi postuler dans les médiathèques, les maisons d’éditions, les services culturels des villes ou encore les théatres, bref dans tout le secteur culturel. Je suis assez confiante sur les débouchés et je prie beaucoup ma bonne étoile pour trouver un boulot dans le domaine de l’art.

    Voila, j’espère que ça t’as un peu rassuré.
    Ahuura

    J'aime

    • Bonsoir 🙂
      Déjà, quand je vois les matières que tu as, je suis rassurée car mon futur cursus propose pas mal de choses identiques. Ça veut dire que je vais apprendre des choses utiles qui me serviront pour postuler dans les entreprises qui m’intéressent. Bien sûr, ton master est plus poussé et plus intéressant (malheureusement chez moi le master à peu près équivalent se trouve dans ne fac privée et les prix sont assez exorbitants donc je ne peux pas y entrer) mais avec la licence pro il y a la possibilité de travailler en alternance et je meurs d’envie de travailler! Avoir une vraie expérience professionnelle et surtout avoir un salaire (histoire d’en finir avec la ridicule bourse du CROUS) me tiennent vraiment à cœur.
      En tout cas, ce sur quoi tu travailles a l’air passionnant. C’est certains qu’en travaillant avec des personnes qui viennent de parcours totalement différents ça doit être compliqué mais aussi très enrichissant (si les personnes sont un minimum réfléchis et de bonne volonté).

      Concernant le travail en musée, c’est mon cursus alors si tu souhaites des informations dans le domaine des musées, n’hésite surtout pas!
      Ton message m’a beaucoup aidée, il me rassure sur la valeur de ma future formation. Actuellement, mon master est beaucoup trop théorique et historique, j’apprends l’histoire du patrimoine, des musées et l’histoire de leur fonctionnement. Ça me rend folle, je m’attendais à avoir des cours pratiques ou des visites de musées mais rien de tout ça. Enfin, c’est pour ça que je me réoriente! 😉

      Merci encore et bonne soirée! 🙂

      PS: Ahuura, c’est toi qui était en histoire de l’art à Lille 3 avec moi?! 😀

      J'aime

      • Ah oui, je voyais le master patrimoine différemment, en effet.
        Oui! C’est ça, j’étais en L3 histoire de l’art avec toi l’année dernière. 😀 Et du coup aujourd’hui je fais mon master à Clermont-Ferrand. Mais l’alternance, ça sera formateur, y’a rien de mieux que la pratique professionnel. Et puis le réseau professionnel, c’est super important pour trouver un poste après les études. Bonne chance à toi!

        Aimé par 1 personne

  3. ça fait plaisir de revenir te lire ici (désolée pour ce silence radio beaucoup trop long !), et de voir que tu avances dans tes projets ! Je te dirais de foncer, de faire ce qui te plait, et de ne pas t’inquiéter face à ton « manque d’expérience ». J’ai une amie qui après un bac L, une L1 de lettres, s’est dirigée vers une formation dans le commerce, qui n’a rien à voir, mais dans laquelle elle se débrouille très bien. A partir du moment où tu te donnes à fond (et vu ton côté perfectionniste j’en doutes pas), tout devrait bien se passer. Je suis en L3, et j’ai douté pendant une grosse partie de l’année entre CAPES d’anglais, donc Master MEEF d’anglais avec tout ce que ça a de chiant et de nul qui ne me réserverait un avenir que dans les collèges voire lycée, certes certain, mais booooooring, et master recherche. Donc, hop, master recherche « études culturelles », qui se spécialise en anglais à partir du 2e semestre, avec quelques courts plus généralistes pour passer certains concours de la fonction publique. Et je songe à l’agreg après le M2, mais ça, c’est après.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton commentaire 🙂
      Ne t’excuse surtout pas! On a passé aucun contrat stipulant que tu devais commenter chacun de mes articles 😉
      Pas évident de trouver sa voie, hein? Surtout quand, lorsqu’on se renseigne sur un métier ou un domaine ou nous tanne avec le fait qu’il faille faire telle ou telle formation et seulement cette formation pour obtenir le métier souhaité. La vérité c’est qu’il faut être curieux, se renseigner, parler avec des professionnel et surtout oser. Y aller au culot! Pas mal de mes connaissances ont fait ça et ont obtenu du boulot comme ça. En gros, faut montrer qu’on en veut (même si c’est difficile d’avoir de l’assurance, on est encore si jeune ^^)

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s