Qui suis-je? (Les Jolies Plumes)

Cette douleur est à la limite du supportable. Ma tête est devenue le centre de tous mes maux depuis que j’ai ouvert les yeux. J’ai regardé autour de moi sans trouver le moindre signe. Une salle blanche, vide, dépourvue de décoration. Au centre un lit. Dans ce lit, moi. Qui? Moi. Moi, un être humain de sexe féminin d’après les courbes que j’aperçois sous les draps. Pas plus d’informations. Rien. Aucune inscription. Comme si cette salle était l’intérieur de mon cerveau: un grand vide avec un être perdu en son centre.

Je suppose que je me trouve dans une structure hospitalière si j’en crois la machine à laquelle je suis raccordée.

J’essaie de comprendre ce que je fais là. Ce qu’il s’est passé. Ce que je faisais avant de me retrouver là mais je suis confrontée à l’obscurité la plus totale. La seule chose qui est claire c’est que je ne me souviens de rien. J’ai paniqué? Je panique? Dois-je paniquer? Je le pourrais mais cela m’aiderait-il à en savoir plus et à avancer? Je ne pense pas, non. Pour le moment, je dois garder mon calme, contrôler ma respiration.

Je me suis levée doucement de mon lit. Ce fut un gros effort, mon corps pesait une tonne. J’ai pourtant pu constater à travers mon reflet dans la fenêtre que j’étais bien chétive. Je dois probablement être très affaiblie. Cette fenêtre donnait sur les buildings tous plus hauts les uns que les autres et ne me renseignaient en rien sur le lieu dans lequel je le trouvais. Je suis dans un bâtiment en centre ville. Oui mais quelle ville? Pff, mes maux de tête m’ont très vite ramenée près du lit. Sérieusement, qu’est ce que je fais ici?

J’entends des bruits de pas dans le couloirs. C’est déjà un soulagement de savoir que je ne suis pas seule au monde dans ce bâtiment. Cette personne pourra peut-être me donner des informations sur l’endroit où je suis, sur les raisons pour lesquelles j’y suis mais surtout QUI je suis.

Je me trouve étrangement calme pour quelqu’un qui ne sait rien de qui elle est et de ce qui se passe. Etais-je aussi calme dans le passé? Avais-je cette capacité à relativiser et à faire les choses posément/par étapes? Trop de questions, je m’égare.

Les bruit de pas de rapprochent. Si j’avais pu, je me serais précipitée à la rencontre de cette personne au lieu de rester assise sur ce lit, faible et fatiguée.

Je n’aurai pas à me donner cette peine, la personne s’est arrêtée devant ma porte. Elle va l’ouvrir. Une infirmière vient de rentrer et semble étonnée de me voir réveillée. Elle est brune, pas très grande et assez chétive. Je me demande presque si ce n’est pas elle qui devrait être couchée à ma place. Elle a l’air destabilisée.

« Oh, vous êtes réveillée! Comment vous sentez-vous? Vous avez mal quelque part? »

Je lui parle sans plus tarder de mon horrible migraine. Avant même que j’eux terminé ma phrase elle me tendait une aspirine. Je la remerciais et avalais le comprimé qui viendrait au moins à bout de la douleur. D’ici une ou deux heures ça devrait aller mieux. Bon, maintenant que ce petit problème est réglé, c’est le moment de vérité!

– Euh, excusez-moi, en plus de la migraine il se trouve que… je ne me souviens de rien… Qui je suis… ou même les raisons de ma présence ici… Rien. J’ai pensé que vous pourriez m’éclairer sur la situation…

– Je suis désolée,  je ne suis pas en mesure de vous renseigner. Mais maintenant que vous êtes réveillée, je peux prévenir le docteur X, lui sera davantage en mesure de vous répondre.

– Merci…

Ainsi elle repart. « Pas en mesure de vous renseigner » tu parles. Elle devait au moins connaître mon identité. Pff… Enfin bref, le docteur saura me renseigner, lui. C’est son travail après tout.

… … C’est long! 2 heures bientôt, qu’est ce qu’il peut bien faire? … … J’en ai marre, je vais sortir et aller trouver quelqu’un qui me renseigne pour de vrai! Je rassemble mes forces et me lève du lit. Tiens, je pensais que j’aurai plus de difficultés à marcher. Peut-être que le comprimé, en plus d’avoir calmé ma migraine, a atténué mes courbatures. Peu importe, je sors de la chambre. J’atterris dans un long couloir assez mal éclairé. Enorme contraste avec ma chambre toute blanche. C’est glauque. J’entends des voix au fond du couloir… Des femmes ont l’air de bavarder… Une salle de repos! Elle doit être remplie d’infirmières et de soignantes, elles sauront ce que je dois faire et qui je dois aller voir pour en savoir plus! Je vais m’avancer.

– Elle s’est réveillée, elle s’est réveillée!

– Qui ça, la folle?

– Mais ouais, Sophie Machin Truc. Si tu veux mon avis, elle aurait dû rester dans le coma.

– Ça a duré combien de temps déjà, 3 mois?

– A peu près, oui. Je ne comprends pas pourquoi on ne l’a pas attachée à son lit, elle est dangereuse!

– Selon Veronica qui est allée la voir tout à l’heure, elle est calme et ne se souvient de rien. Le docteur X n’étant pas libre pour le moment, personne n’est encore aller la voir depuis.

– Oui mais quand même! Un homicide ce n’est pas rien, son mari en plus!

… Quoi? C’est de moi qu’on parle? … Sophie… coma… homicide…mari… Ce n’est pas possible, elles doivent parler de quelqu’un d’autre…

– Apparemment, elle ne se souvenait déjà pas des faits quand elle a été arrêtée par la police, c’est dingue quand même! Au début la police pensait qu’elle mentait mais après qu’elle ait passé les tests psychologiques, ils ont eu confirmation que c’était un déni et pas un mensonge. Une espèce de réaction d’autodéfense du cerveau suite à un gros traumatisme. Une sale histoire.

– Et comment elles est tombée dans le coma?

– Grosse dépression suite à son hospitalisation. Elle a réussi à choper des cachets. Tentative de suicide. On a dû la plonger dans un coma artificielle pour qu’elle survive. Et maintenant elle est réveillée et sans aucun souvenir.

– Cette histoire me fait froid dans le dos, parlons d’autre chose!

… J’ai pas… j’ai pas fais ça… si? Qui? J’étais mariée et j’ai… J’ai la nausée. Ma migraine est revenue en l’espace de dix secondes. Je vois flou, j’ai du mal à rester debout… Je…

Je me souviens maintenant. C’était le soir. Mon mari était rentré tard comme souvent. Il empestait l’alcool, il avait encore bu. Quand je lui exposais les faits, il me disait que c’était parce qu’il se faisait chier avec moi qu’il picolait. Que je n’étais qu’une vieille mégère radasse qui ne méritait rien. Pourtant j’avais tout fait pour que ça fonctionne entre nous. Mais non, ce n’était jamais assez. Toujours à se plaindre. Et moi alors qu’est ce que je ressentais? Est-ce que ça l’intéressait? Est-ce que, ne serait-ce qu’une seconde, il avait pensé à ce que je pouvais ressentir? Que dalle! J’étais certaine qu’il avait baisé un pute ce soir là. Comme tous les autres soirs quand il revenait dans cet état! J’en pouvais plus. J’étais malheureuse et humiliée…  Ca faisait 12 ans qu’on était marié et 5 ans qu’il était devenu cette loque immonde. Alors j’ai attendu qu’il s’endorme comme une merde dans le canapé, j’ai pris un cousin et je lui ai collé au visage. Pour le coup, il n’a presque pas remué, ça a été facile… 

– Elle revient à elle! Madame, est-ce que vous allez bien? Madame?

– Humf, je… Que s’est-il passé?

– Vous êtes sortie de la chambre et vous vous êtes  évanouie, ça va, vous pouvez marcher?

– Je crois, oui.

– Vous vous souvenez de quelque chose? Depuis votre réveil, je veux dire.

– … … Non, je ne me souviens de rien…

amnesie_2

FIN.


Ok, alors c’est carrément pas ce que j’ai l’habitude d’écrire mais le changement c’est bien parfois! Ceci était donc ma première participation à l’atelier des Jolies plumes. Le thème du mois était: « Qui suis-je? Votre personnage n’a aucun souvenir, il ne sait pas qui il est, ce qu’il fait, ce qu’il est, où il est, comment il est arrivé là, qui sont ses parents, ses amis, bref les gens de son entourage, et il ne sait pas par où commencer pour rassembler les morceaux. Que va t-il faire? Par où va t-il commencer? Retrouvera t-il la mémoire? »

J’espère ne pas que ce que j’ai fait n’est pas trop mauvais ^^ (et je m’excuse pour le retard, ça aurait dû sortir pour le 1er mars!)

Source de l’image

Bisous Poutou!

Ophélie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s