Cellule de crise

giphy

Ok, ça ne va pas. Quoi que, sur le plan physique tout est ok. Non, ce que je veux dire c’est que dans ma tête ça ne va pas. Je suis de retour dans mon apéricube ma chambre étudiante et j’aurai tendance à croire que c’est la solitude qui me rend malade.

En fait, le problème est que je ne sais pas ce que je veux faire de ma vie. Actuellement j’étudie l’histoire de l’art, je suis en deuxième année. Je ne suis pas une élève qui brille par ses résultats mais j’aime à penser que j’en ai quand même dans le crâne. Le cursus est très intéressant et j’aime beaucoup apprendre de nouvelles choses et comprendre le monde qui m’entoure.

Pour comprendre le monde actuel, il faut forcément connaître son passé. Et moi, plutôt que d’aller faire une licence d’Histoire bateau, je me suis aventurée en Histoire de l’art et archéologie. Je voulais découvrir et apprendre des choses dont je n’avais encore jamais entendu parler (je suis curieuse, c’est comme ça).

Le problème n’est pas que je n’aime pas le cursus, c’est faux. J’aime beaucoup ce que j’apprends, j’élargis mes horizons. Mon niveau de culture G a sensiblement augmenté depuis l’an dernier. Au final, l’histoire de l’art c’est rien de plus que de l’histoire et de la sociologie basées sur des œuvres d’art. That’s all. Le truc que je me demande c’est: « est ce que je veux vraiment travailler dans ce domaine? » « Est ce que bosser dans un musée, c’est vraiment fait pour moi? » « Est ce que je ne fais pas juste ça pour me cultiver? » Et en remuant tout ça, j’ai commencé à paniquer, à me demander ce que j’allais bien pouvoir faire de ma vie.

Qu’est ce qui ne va pas chez moi? Pourquoi j’ai pas su comme la plupart des gens ce que je voulais faire dès le collège?!

Décidément, je suis trop compliquée. Et plus j’y pense, plus je me rends compte que cette branche n’est pas faite pour moi. Travailler dans une institution muséale c’est devoir travailler en équipe, avec des gens qui, sans doute, ne m’ apprécierons pas pour je ne sais quelle raison. Vu mon niveau de sociabilité (il est bas), ça va être difficile.

Je me suis toujours dis que ça irait mieux l’année suivante, que j’arriverai à m’ouvrir aux autres et à me faire plein d’ami(e)s. Mais les années passent et rien ne change. J’arrive pas. J’arrive à rien en fait. Et le système de la fac ne me permet pas de m’ouvrir aux autres.

J’en entends certains qui diront que je n’ai qu’à changer. Croyez-moi, si c’était si simple je l’aurai déjà fait.

Le principe du « va en cours et va apprendre » ça ne m’aide pas. ce qu’il faudrait, c’est une formation dans laquelle je suis en contact avec des personnes. Quelque chose de concret. J’en peux plus du théorique.  J’ai toujours fait du théorique et le peu de fois où je devais passer à l’action et faire quelque chose de mes 10 doigts, l’échec était cuisant. Je me cache derrière le théorique, je m’engouffre dedans, complètement…

Donc voilà, j’ai compris que vu mes centres d’intérêts et mon tempérament, j’étudie actuellement pour ma culture G et rien de plus. Je ne veux pas travailler dans le domaine de l’art ou de la médiation culturelle, je l’ai enfin compris.

Maintenant la grande question c’est « Qu’est ce que je fais, du coup? ». Déjà je redoute la réaction de ma famille. Ma grande sœur s’est elle aussi réorienté et ça n’avait pas plu à ma mère (mais la situation était bien différente, je ne développerais pas).

L’orientation, c’est bien la pire des choses qui soit! J’emmerde l’ONISEP qui réussit juste à paumer encore plus les élèves et les étudiants.

Il faut que je trouve une formation qui me permet d’être en contact avec des personnes. J’aimerai pouvoir me rendre utile. Je vais me renseigner dans le paramédical je crois, les médecines douces, tout ça. Mon level de déprime est grand en ce moment, c’est pas facile.

Et vous, l’orientation, ça vous a posé des problèmes? (au passage, si vous avez des conseils je suis preneuse, parce que là…)

Bisous

Ophélie

Publicités

20 réflexions sur “Cellule de crise

  1. L’orientation pose des problèmes à beaucoup de monde, moi y compris ! J’ai arrêté mes études cette année, ce n’était absolument pas prévu à la base. Mais je pense qu’il est important de se poser et de se dire « bon, qu’est ce que j’ai vraiment envie de faire ? » Je te conseille de prendre ton temps et de te renseigner sur les différents métiers qui t’attirent un minimum ! Tu finiras bien par trouver, en général on reviens souvent à nos idées de départ.
    Bisous et bonne soirée !

    J'aime

    • Merci pour ce commentaire!
      C’est un peu dur d’accepter qu’on ait pu se tromper alors que son entourage sait déjà ce qu’il veut faire. Mais je vais bien me renseigner.
      Bonne soirée à toi aussi.

      J'aime

      • Oui, moi aussi je le vivais comme ça au début… Mais bon, ça arrive à tout le monde de se tromper 🙂 Le principal c’est qu’au final tu puisses trouver quelque chose qui te plaît vraiment, même si ça prends un peu plus de temps.

        J'aime

  2. bin mince alors! ma pauvre! pas cool du tout de commencer l année dans un tel etat de déprime!
    bon, déjà, relativises: tu as compris que tu n etais pas dans la bonne branche. Que c etait pas ton objectif. Et bin il est tout à fait temps de changer! et si ton entourage le prend mal, franchement, essaie de leur faire comprendre que, je pense, leur objectif est que tu sois heureuse et epanouie dans ton futur metier, et que c est pas dans un musée que ca se produira! c est difficile d accepter l idée de s etre trompé et tu as déjà fais le plus gros: t en rendre compte!! ne perd pas plus de temps et reoriente toi.
    de plus, tu sais, quand j etais ado (je parle comme une vieille branche mais j’ai 32 ans!) les metiers que je « voulais » faire etaient ceux que ma mere projetait pour moi: archéologue, prof d histoire, prof d anglais, journaliste…au fond de moi, je n’ai veritablement jamais su ce que j’aurai aimé faire et je me suis auto sabotée l’année du bac: resultat, je ne l’ai pas et je suis partie bosser dans le supermarché d’aà côté. pas franchement épanouissant mais je m y suis fais ma place. je ne suis donc pas allé à la fac mais si ca peut te rassurer, je le vis tres bien! bref, tout ca pour dire, y a pas de honte a pas savoir ce qu’on veut faire dans la vie! au final, je pense jamais avoir su et meme encore maintenant, je ne sais pas ce que j’aurai aimé faire! alors tu vois…

    allez hauts les coeurs ma jolie, il est tt a fait temps de changer!!!

    Aimé par 1 personne

    • Merci à toi pour ces encouragements 🙂
      Ma mère l’a bien accepté, je vais donc commencer mes recherches. J’ai tout de même eu la chance d’avoir une mère qui ne m’a jamais imposée de branche. Il vaut mieux choisir soi-même plutôt que de faire un travail qui ne nous correspond pas et dans lequel on ne se sent pas à sa place.
      En tout cas, merci d’avoir partagé ton expérience ^^

      J'aime

  3. La question de l’orientation professionnelle n’est jamais évidente. Il y a des gens qui ont la chance d’être bien fixée, de savoir exactement ce qu’ils veulent faire de leur vie et puis il y a une très grande partie qui ne fait que suivre le courant de la vie, qui va là où le vent les emmène. C’est mon cas par exemple. J’ai suivi des cursus très différents, je me suis réorientée encore et toujours. Mais je pense que ça arrive, ce n’est pas grave. Quant à ton entourage, tu ne sais pas vraiment ce qui se passe dans leur tête. Ils peuvent donner l’impression d’être déterminés mais ça peut être juste une apparence ou peut-être que c’est vrai mais tu ne peux pas mener ta vie en fonction d’eux et/ou pour faire pour eux. Bref, tout ça pour dire que c’est tout à fait normal de ne pas trop savoir ce que l’on veut faire de sa vie parfois. Je pense que beaucoup vivent ce sentiment. Mais heureusement, on peut toujours se permettre de changer de voie et d’en essayer une autre encore et encore…ce n’est pas l’idéal certes mais c’est rassurant de savoir qu’il y a cette possibilité.

    Aimé par 1 personne

    • Effectivement, je suis surtout gênée parce qu’à cause de ma réorientation je vais quitter le mouvement du « je sais déjà ce que je veux faire et je ferai ça toute ma vie ». Mais je préfère ça que d’avoir des regrets. Tu a s raison, je ne devrais pas faire en fonction de mon entourage étant donné que chaque personne est unique.
      Heureusement que la réorientation existe :O

      J'aime

  4. De toute façon, comme toi, je pense que rien n’est fait pour nous aider à trouver notre voie. D’ailleurs on est tous censés faire un stage en entreprise au collège : bah je sais pas pourquoi mais dans mon collège personne n’en a fait… Mais je pense que ça ne change rien à l’affaire. Il y a des tas de métiers, de l’artisanat au marketing que personne ne connaît, et ce n’est pas en allant sur des forums des métiers ou en cherchant sur internet qu’on trouve quoi que ce soit.
    Honnêtement, l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi une prépa, c’est parce que je n’ai aucune idée de ce que je vais bien pouvoir faire comme métier, en étant sûre d’avoir les compétences, et d’avoir le temps et l’argent (parce que oui, si on veut faire certains métiers on est obligé d’avoir de l’argent à la base pour se payer l’école qui va avec… et après on dira que l’éducation est gratuite pour tous, je dis ça je dis rien, non je ne m’énerve pas ^^ ») pour obtenir le niveau d’études nécessaire. J’aime le théorique, mais à quoi ça va me mener, je n’en ai aucune idée. D’ailleurs, j’ai fait de l’histoire de l’art au lycée, et j’ai adoré. Je pourrai encore m’orienter vers ce type d’études, mais j’en suis arrivée au même conclusions que toi : je ne pourrais certainement pas travailler dans ce domaine, je ne sais pas imposer ma voix, et en plus, j’ai un peu peur du manque de stabilité de ce genre de métiers. Et puis de nos jours, je pense qu’on ne peux pas se dire qu’on va garder le même genre de métier toute notre vie. Dans les faits, beaucoup de gens changent de métier, peut-être au milieu de leur vie, peut-être à la fin, peut-être une seule fois ou même plusieurs, parce qu’on évolue et qu’on se découvre des centres d’intérêts au fur et à mesure.
    C’est super compliqué de trouver sa voie, mais ne te décourage pas, il vaut mieux patauger un peu au début que de passer 10 ans de sa vie dans un milieu qui ne nous plait pas !

    Aimé par 1 personne

    • Rien à ajouter, tu as tout dis!
      Ah, le fameux stage de collège! Moi j’en ai fait 3! Un en 4ème, un autre en 3ème et un en Seconde. Je n’ai pas eu de déclic, ça m’a juste permis de comprendre que je ne voudrais être ni vétérinaire, ni zoologue ni employé dans la restauration -_-‘
      Le mieux c’est encore d’aller voir de vrais professionnels qui s’y connaissent (j’avais fait ça une fois chez une antiquaire random parce que le métier m’intéressait). On a tout de suite du concret, du clair et du précis. Je pense que c’est une des meilleure manière d’être fixé. Je m’en vais donc faire chier de multiples professionnels afin de « trouver ma voie ».
      Sinon, pour rire je vais regarder le site de l’ONISEP (lolilol).
      Pour les écoles privées, je suis bien d’accord, c’est « si t’as de la thune c’est bien si t’as pas de thune dégage ou fait un prêt étudiant ». Le prix des études hors institutions publiques ont juste exorbitant…
      M’enfin, si un jour, tu croises une fille qui fait de la musique dans un métro/tram ou je ne sais où en tapant sur des casseroles rouillées, y a des chances pour que ce soit moi dans quelques années 😛 (je l’espère pas, quand même!)

      J'aime

  5. Je n’ai jamais sur ce que je voulais faire, ni avant ni maintenant et je suis chômeuse (imagine un peu le tableau 😛 )
    J’ai une formation dans la vente, car c’était une formation simple, facile et que je ne voyais pas ce que je pouvais faire d’autre donc je me suis lancé la dedans, je n’étais pas spécialement ouverte aux autres non plus, en BEP je n’avais presque pas de copines … Tout à été mieux en bac, ce n’était pas de la franche amitié, mais j’etais socialement intégré à la classe, PIIIIRE, on m’appréciais.
    J’ai donc en sommes, eu 4 ans de thérapie pour soigné cette timidité, pour gérer les comportement à avoir en société (ce qui était compliqué car ceux qui font cette formation c’est presque inné chez eux :/ )
    Du coup maintenant je suis pas trop mauvaise oratrice, je sais être sociable (mdr) même quand j’en ai pas envie.
    Le truc c’est que je déteste pas travaille dans les magasin, c’est juste que je ne m’imagine pas bosser toute ma vie la dedans … en revanche travailler dans un musée moi ça me plairait bien 😛 comme quoi tu vois, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin, donc en te décourage pas ^^

    J'aime

    • Nous sommes tellement dans ce cas là, ne pas trop savoir quoi faire :/
      J’aurai grand besoin d’une thérapie pour la timidité, moi aussi. Ou plutôt une thérapie pour apprendre à supporter les gens.
      Merci pour ton commentaire en tout cas 🙂

      J'aime

      • ahahah oui une thérapie pour supporter les gens lol Malheureusement je remarque que plus les années passe, plus les gens m’insupporte (même dans mon cercle d’amis mdr)
        Donc un petit « good luck » pour arriver à supporter les gens xd

        Aimé par 1 personne

  6. on a encore de méga gros progrès à faire en effet en ce qui concerne l’orientation des jeunes et la formation des adultes
    je pense aussi que j’ai été très mal orientée et mal conseillée à l’époque par un conseiller qui n’a fait que regarder mes « notes » et sans se soucier de ce qui m’aurait le plus convenu
    aujourd’hui encore je bosse dans le système scolaire et c’est fou à quel point le système ne me semble pas assez efficace
    bon courage à toi
    et je te souhaite de suivre tes passions et ta curiosité avec succès !

    Aimé par 1 personne

  7. Je suis tombé par hasard sur cette page.
    Ne t’en fait pas, un jour tu trouveras ta voie, tu trouveras quelqu’un, un sujet, ou évènement qui te motiveras réellement.
    Je me considérais comme toi, pas trop débile mais rien ne me parlais ce qui peut poser problème par la suite quand ton dossier n’est pas exceptionnel, et puis durant mon Master 1 j’ai eu un cours génial, une révélation!
    Ne désespère pas, courage.

    J'aime

  8. Et en ce qui concerne la sociabilité, ça se travaille (je parle en connaissance de cause lol ) Et pour moi il n’y a que deux activités qui permettent de rencontrer des gens de divers horizons et d’échanger de manière totalement décontractée: Le sport, et les bars.
    A toi de jouer lol

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s