Mes quatre vérités au Père Noël

giphy (1)

Mec,

on m’a fait croire des choses quand j’étais gamine. Ton existence, tout ça, j’y ai cru. Les cadeaux sous le sapin au 25 pour les enfants sages (grosse blague soit dit en passant). J’ai pas été la plus sage des enfants mais, si je me souviens bien, les plus grandes biatches de l’école primaire avaient de meilleurs cadeaux que les miens! Bon d’accord, là je réagis en ex gamine pourrie-gâtée matérialiste, c’est vrai.

Pour revenir à toi, je me rends compte qu’en fait, ta vie est plutôt nulle. Tu n’es que le sosie officiel de Saint-Nicolas. Tu voles pas plus haut (ce sont tes rennes qui s’en chargent) que tous ces sosies soit disant officiels de Johnny Hallyday ou Elvis Presley. C’est tendu comme position tu le vis comment? Tu veux qu’on en parle? Nan, je déconne, j’en ai rien à carrer.

Je veux dire, on ne parle que de toi alors que tu es un peu (beaucoup) un imposteur. Tu monopolises toute l’attention et du coup les jeunes ne savent même plus qui est Saint-Nicolas (je viens de checker et c’est aujourd’hui la Saint Nicolas, je ne le savais vraiment pas, je dois avoir une connexion divine avec lui ou un truc du genre) et ne connaissent plus la vraie histoire de Noël. Je veux dire l’histoire religieuse. Etant semi-catho non pratiquante (oui, mon rapport à la religion est quelque peu sensible, mais ce n’est pas le sujet), ça me semble quand même anormal que tu passes avant tout ça. T’as un peu piqué la place du petit Jésus!

En plus, tu n’as rien pour toi, tu t’es fait connaître grâce à une marque de boisson gazéifiée américaine qui rend les gens obèses et hautement dépendants au sucre. Je pense vraiment que tu as besoin d’un psy, ça ne doit pas être facile à porter, tout ça.

D’ailleurs, on t’a représenté avec de l’embonpoint pour te donner l’air sympathique ou pour montrer les dégâts du soda sur l’organisme? Quoi que, en cas de gastro, quand on ne peut pas manger, le Coca aide bien (à ce niveau, je ne crache pas dessus).

Tout ça pour te dire que j’ai besoin d’argent, Père-Noël. Ce n’est pas un caprice, c’est une nécessité. Mais peu importe les raisons, j’ai besoin d’argent, c’est tout. S’il te plaît. Merci. Toussa toussa.

Bien à toi (pas l’argent, hein, c’est juste une formule de politesse, me pique pas mon pognon!)

 Ophélie

Publicités

3 réflexions sur “Mes quatre vérités au Père Noël

  1. Pingback: Retour sur une année bordélique | Oh, faits de quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s