Se mentir à soi-même (version girl t’as vu)

giphy

Pourquoi version girl? Et bien d’abord parce que j’en suis une jusqu’à preuve du contraire. Toute personne, homme, femme (et même lapin) qui essaiera de vérifier par elle-même mon genre se verra octroyer une énorme baffe dans la figure. Non mais!

Mais je m’égare. Je voulais parler de ces choses qu’on dit ou qu’on fait, ces choses auxquelles on croit ou auxquelles on veut croire ou qu’on veut faire croire, en sachant pertinemment que c’est faux. En sachant que toi comme moi, nous sommes de grandes mythomanes et que la réalité est toute autre. Ne feins pas, tu sais de quoi je veux parler! Tu dois avoir quelques idées en tête. Des choses que tu as vécu, j’en suis certaine.

– « L’épilation à la cire, ça ne fait même pas mal. » … … … Viens, essaye, on va rire. Bon, je suis d’accord qu’après notre peau s’y fait et que plus on le fait régulièrement, moins il y a de douleur. Mais les premières fois bon sang… les premières fois ça DEFONCE SA MAMAN! Peu importe la zone à épiler, c’est une horreur! Avec toute la bonne volonté du monde, avant de retirer la bande d’un coup sec, je me suis dit que ça n’allait pas faire si mal que ça, que je n’étais pas une « chochote » et qu’une fois que ce serait fait, j’aurai droit à une ovation, à un triomphe comme les généraux romains au retour d’une campagne de guerre menée à bien. ET BIEN QUE DALLE. J’ai eu très mal et on ne m’a pas félicité. Je vous laisse imaginer ma déception et ma douleur (mentale mais surtout physique).

– « Non, je ne l’aime pas! Il est chiant! » Mais si, tu te souviens? Ce garçon au collège qui t’embêtait tout le temps! Tes ami(e)s/camarades de classe disaient que tu étais amoureuse de lui mais tu affirmais exactement le contraire. Espèce de petite menteuse! Tu étais dingue de ce débile qui te taquinait sans arrêt! Tu l’adorais avec ses bagues débiles et son rire tout pourri. Si, même que t’étais « juste une pote ». Il sortait avec la minette de la classe (bah voyons). Tu étais dégoûtée. Mais maintenant, quand tu vois ce qu’il est devenu, tu te rends compte que ce n’est pas plus mal qu’il ne se soit rien passé entre vous.

– « Je ferai ça demain. » Arrête. Tu sais très bien que tu ne le feras jamais ou, au mieux, à la dernière minute. C’est bien connu, tu es la reine de la procrastination.

– « Plus jamais je ne lui parlerai! » Hum hum, ok, d’accord, alors pourquoi tu es en train de lui envoyer un message? Tu m’expliques?

– « Non, mais s’il/si elle régit comme ça, c’est parce qu’il/elle a des problèmes. » Avoue, même toi tu trouves que le fait d’avoir des problèmes n’est pas une raison pour agir de telle ou telle manière (ici, je nuance mon propos, ça dépend des cas, des personnes etc.)

– « Non, ces escarpins de 15 cm de hauteur ne me font absolument pas mal aux pieds. » Menteuse, tu souffres, tu le sais. Tu regrettes d’avoir oublier tes Compeed ampoules. Tu te concentres sur ta respiration afin de penser un peu moins à la douleur. Tu as mal, tu as mal, tu veux mourir. Tu es jolie, mais tu t’en fous, TU AS MAL.

– « Finalement, ma poitrine n’est pas si mal. » Et puis tu enlèves ton Push-Up et là, c’est le drame…

Voilà donc l’échantillon dont je vous fais part. Il doit y avoir un millier d’autres situations. Je n’en ai retenu que quelques une (c’est surtout que je n’ai plus d’idée, à vrai dire).

Comme d’habitude, racontez-nous si vous avez des anecdotes comme ça, histoire qu’on se soutienne mutuellement 😉

Bisous

Ophélie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s