La loose

giphy (4)

Une heure, un jour, un mois où plus rien ne semble aller. La fatigue, la lassitude, le débordement, le mauvais temps, la surcharge de travail, les études, le désœuvrement, l’impuissance, la distance…

Je perds pied.

La loose s’est installée. Elle marque une période par laquelle nous sommes à peu près tous passés. Rien n’est toujours rose dans la vie, il faut aussi accepter ces moments malheureux qui ponctuent notre existence. D’une part, pour mieux s’en dépêtrer et d’autre part, parce que. (je n’ai pas envie de faire d’effort dans l’argumentation, nope)

On ne peut pas être au top H24. Il y a des moments où ça ne va pas et je pense, sans pour autant se plaindre sans cesse, que le fait d’en parler est une bonne chose. Bien sûr, ça ne réglera pas le problème, mais je sais par expérience (même si je n’ai que 19 ans) que tout garder pour soi est toxique et nuit à notre santé sur la durée.

J’ai parlé d’accepter ces moments pour mieux les surmonter. Par contre accepter, ce n’est pas s’accommoder de la situation. Je m’explique. Il faut bien saisir la nuance. Dans le premier cas, l’acceptation est la prise de conscience de la situation dans laquelle nous sommes: nous sommes capable d’analyser les choses pour comprendre ce qui ne va pas et mieux nous en sortir. Le deuxième cas est davantage de l’ordre de la fatalité: nous avons su (ou non) analyser la situation mais nous ne nous sentons pas capable de la surmonter et par conséquent nous abandonnons et nous nous résignons. Je pourrais parler de la notion de « destin », terme que je n’apprécie pas beaucoup parce qu’il me semble imposé en quelque sorte.

« C’est comme ça et pas autrement et puis c’est tout » ou un truc du genre.

Bref, tout ça pour dire que, même s’il y a des périodes où ça ne va pas, il ne faut pas s’accommoder de son mal être et faire son possible pour avancer.

Après avoir fait la gueule pendant une journée et gaspillé pas mal d’énergie, c’est ma conclusion.

J’ai peut-être raconté n’importe quoi (je n’espère pas). Mais sérieusement, je pense que se morfondre est le meilleur moyen de rester bloqué dans cette situation. C’est un cercle vicieux: on se morfond parce que ça ne va pas et comme ça ne va pas, on se morfond.

Je n’ai qu’une seule chose à dire à celles et ceux qui vont mal en ce moment: FIGHTING. On va surmonter ça. Ca va aller. On sera fier de nous quand on l’aura surmonté.

Et on pourra courir sur une plage avec le soleil couchant et une musique super cul cul en fond sonore. Et on parlera du pouvoir de l’amitié toussa toussa.

Ok, j’arrête mes bêtises. Que la force soit avec vous. (Non je ne suis pas ton père, dégage!)

Bisous

Ophélie

Publicités

2 réflexions sur “La loose

  1. Je suis totalement d’accord avec toi, il y a des jours où c’est comme ça, on a besoin d’être un peu morose parce que rien ne va (phrase de fausse désespérée névrosée) et pour pleins de petites raisons différentes. Mais au fond, on sait bien qu’il y a des hauts et des bas dans la vie (phrase qui ne sert à rien pour remonter le moral sur le coup mais qui est tout de même vraie) et qu’il ne faut pas se laisse abattre !

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s