Le harcèlement de rue

Désolée si ça part un peu dans tous les sens, j’étais très énervée en écrivant donc il est possible que ça parte un peu dans tous les sens.

Je me réveille ce matin, pas de très bonne humeur, un peu malade, mal partout etc. A mon habitude, je chope mon téléphone et je regarde vite fait ce qu’il se passe sur les réseaux sociaux. Et puis je tombe sur cette vidéo:

Cette vidéo se passe aux Etats-Unis, à New York dans le quartier de Manhattan. Elle a pour but de montrer ce que vivent la plupart des femmes au quotidien, c’est-à-dire un certains nombre de remarques, souvent déplacées parfois juste lourdes. Toujours est-il que, même s’il n’y a pas d’insultes dans ce que disent les hommes de la vidéo, leurs propos suffissent à mettre mal à l’aise.

J’ai pu lire dans les commentaires des américains qui avaient vu la vidéo que les femmes abusaient, qu’il ne s’agissait que de compliments et qu’on devrait s’estimer chanceuses (parce qu’en plus, la femme de la vidéo n’était soit disant pas belle). Je reconnais que les hommes de la vidéo ont été relativement polis comparé à ce qu’on connaît en France (par contre, les « DAMN » avec le regard sur les fesses m’était insupportable). Etre poli n’empêche pas d’être lourd ou de  rendre quelqu’un mal à l’aise. Le problème de ces remarques? Le fait qu’on rabaisse la femme, qu’on la considère uniquement comme un objet de désir. On te regarde de haut en bas, on te trouve « bonne » donc on va t’aborder de manière très familière et parfois brutale dans le but de… je ne veux même pas savoir, à vrai dire. Et oui chérie, tu n’es qu’une paire de seins et des fesses pour ces hommes-là…

Dans le commentaire d’un français, j’ai pu lire qu’une fois de plus nous exagérions, que la femme n’avait peut-être pas vraiment marché 10 heures et qu’elle fait sûrement fait exprès de conserver les moments où elle se faisait aborder, et que ces moments ne représentaient pour ainsi dire rien sur ses prétendues 10 heures de marche. Bien, d’accord, il aurait donc fallu que la vidéo dure les 10 heures et qu’à chaque seconde elle se fasse aborder et insulter pour que la situation soit prise au sérieux! (J’ai envie d’agresser physiquement l’auteur de ce commentaire)

En France, c’est beaucoup moins poli. On se fait siffler, comme si on était un animal. On a droit à des « T’es bonne » « J’te baise » « Salope » « Viens me sucer » et d’autres choses très poétiques…

On nous rabaisse, nous fait passer pour des filles de basses vertus (je déteste ce terme, bizarrement on n’entend pas « homme de basses vertus »). On veut nous faire croire que c’est à cause de notre tenue, de notre démarche, d’un regard que nous avons attisé le désir de l’homme. Bref, c’est toujours la faute de la femme. Son corps entier est fait dans l’unique but de faire fantasmer l’homme: sa poitrine, ses hanches, ses fesses, tout. (c’est un peu ça, le raisonnement)

Je te siffle si je veux, t’es quoi toi? Tu devrais être contente que je te regarde, sale thon.

198937_vignette_HarcelementDeRue

Source: TV5 monde

Quand va t-on éduquer les hommes? Quand va t-on leur expliquer qu’une femme est un être humain, libre d’agir comme elle l’entend, de s’habiller/de se maquiller comme elle veut sans se faire harceler, insulter ou agresser? Quand va t-on expliquer aux hommes que ce n’est pas à la femme de ne pas sortir seule le soir mais aux hommes de ne pas être dangereux et violents? Une femme a autant le droit qu’un homme de sortir, peu importe l’heure qu’il est, sans risquer sa vie ou son intégrité (physique comme morale).

Si ça vous est déjà arrivé ou si ça vous arrive un jour (je ne vous le souhaite pas), sachez que les hommes qui font ça ont TORT. Dans tout ce qu’ils disent, dans tout ce qu’ils font, ils sont en TORT. Vous avez le droit de mettre une jupe, une robe ou un short, PEU IMPORTE la longueur, en AUCUN cas ce n’est une invitation? Je sais que c’est dur mais ne vous sentez pas coupables, ne vous sentez pas sales ou vulgaires, ils essaient de vous faire mal, de vous fragiliser pour vous faire craquer.

Soyez fières de ce que vous êtes.

Fort heureusement, il y a beaucoup d’hommes bien dans ce monde, qu’on ne remarque pas toujours tant les abrutis sont bruyants. Accrochez-vous aux bonnes personnes, celles qui vous valorisent et vous font du bien.

Bisous

Ophélie

Publicités

Une réflexion sur “Le harcèlement de rue

  1. Pingback: Retour sur une année bordélique | Oh, faits de quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s